vendredi 28 mars 2014

Google numérise le patrimoine du Palais Garnier


(Flickr/CC/InspiredVision)
Le groupe américain a annoncé un partenariat entre son institut culturel et l'Opéra National de Paris, afin de mettre en valeur l'histoire et les coulisses du Palais Garnier.


Google ouvre les portes du Palais Garnier. Le groupe américain a annoncé jeudi la signature d'un partenariat avec l'Opéra national de Paris. Le site Internet de son institut culturel, le Google Cultural Institute, comporte désormais une section consacrée à l'histoire et au patrimoine du Palais Garnier.
Le plafond de Chagall numérisé en 10 milliards de pixels

Les internautes peuvent visiter le célèbre établissement parisien grâce à la technologie Street View de Google. Des milliers de photos ont été prises au sein du bâtiment afin d'en recréer une vue panoramique qui s'étend sur 3,7 kilomètres. La balade s'effectue à l'aide d'un simple clic: les visiteurs peuvent y explorer des salles ­habituellement fermées au public, comme les coulisses, les salles de répétition mais aussi les toits de l'opéra et son sous-sol.

Les équipes de Google ont également procédé à la numérisation de plusieurs œuvres d'art présentes au sein du Palais Garnier, dont son célèbre plafond de Marc Chagall. Réalisée entre 1963 et 1964, l'œuvre s'étale sur près de 240 m2 à 18 mètres au-dessus du sol. La copie numérique est aussi impressionnante que l'original: avec un poids de 10 milliards de pixels, il s'agit de l'œuvre la plus grande disponible dans le catalogue de l'Institut culturel de Google.

Le dernier volet du partenariat entre Google et le Palais Garnier consiste en la mise en ligne d'une exposition consacrée aux étoiles du Ballet de l'Opéra national de Paris, de 1940 à nos jours. «J'espère que ce dispositif motivera les internautes à venir voir nos danseurs en vrai!», sourit Brigitte Lefèvre, directrice de la danse de l'Opéra national de Paris.
Inquiétudes d'Aurélie Filippetti

Lancé en 2011, l'Institut culturel de Google a pour vocation de donner accès à des œuvres d'art, des monuments et des sites du patrimoine mondial. L'établissement revendique aujourd'hui une ­centaine de partenariats dans le monde. En France, Google s'est notamment associé en 2013 à la tour Eiffel. Le dispositif, similaire à celui du Palais Garnier, permettait aux internautes de visiter le monument et de consulter des ­expositions virtuelles sur son histoire et celle de son créateur Gustave Eiffel. Il s'agit désormais des contenus les plus consultés sur la plateforme culturelle de Google.

L'institut culturel a établi ses quartiers à Paris en décembre 2013, au sein du siège parisien de Google. La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, avait à l'époque refusé d'inaugurer le lieu, ­invoquant sa méfiance quant à «l'équilibre» des contrats établis entre les établissements culturels et le groupe américain. Des critiques balayées par Google, qui promet l'annonce de nouveaux partenariats parisiens dans les prochains mois.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

A ne pas manquer

LinkWithin