Il semblerait que la Fnac cherche à marcher sur les traces d’Amazon. Quelques mois après le lancement d’Autorip, c’est au tour de la célèbre chaine française de lever le voile sur une nouvelle offre numérique : Digicopy.
fnac digicopy Avec Digicopy, la Fnac offre les versions numériques des disques achetés en magasins ou sur internet
Amazon a présenté en juin dernier une offre très intéressante baptisée Autorip. Comme son nom l’indique assez bien, cette dernière consiste à offrir gratuitement aux consommateurs les versions numériques des CD et vinyles achetés sur la plateforme, au format MP3. Le tout avec un soupçon de rétroactivité en prime histoire de marquer le coup et de faire un joli pied de nez à la concurrence.
Aujourd’hui, c’est au tour de la Fnac de répliquer avec une offre similaire : Digicopy. Le concept est exactement le même, à quelques différences près. Premier point et pas des moindres, si cette offre est elle aussi rétroactive, elle ne concerne que les achats effectués depuis le 1er janvier 2012. Amazon, de son côté, avait poussé sa machine à remonter le temps jusque dans les années 2000, soit douze années plus tôt. En outre, seuls 200.000 albums sont éligibles à l’heure actuelle. Là encore, il y a un écart important avec l’offre du géant américain puisque Autorip supportait plus de 400.000 albums à ses débuts.
Attention cependant car cette offre ne concerne en réalité que les achats passés sur le site du marchand, et pas ceux effectués en magasins. Enfin, ce n’est pas tout à fait exact puisque les adhérents de la Fnac ayant acheté des CD et des vinyles en se rendant dans une boutique de la chaine auront droit à leur copie numérique. Pas les autres, en revanche. Pour en profiter, et pour commencer à remplir vos disques durs, il suffira de vous rendre sur cette page et de vous identifier à l’aide de votre compte.
Précision importante, ces copies digitales seront livrées sans DRM, et dans une qualité plus que correcte, soit entre 256 kbps et 320 kbps. Il sera donc possible d’en profiter sur votre ordinateur, mais également sur n’importe quel terminal nomade, comme les baladeurs numériques ou encore les smartphones et les tablettes tactiles.
Si ces offres sont intéressantes pour les particuliers, elles le sont également pour les chaines qui les mettent en place. Pour tenir tête face aux plateformes comme Spotify, Rdio ou Deezer, les disquaires doivent nécessairement sortir des sentiers battus et proposer autre chose que la simple vente de supports physiques à leurs clients.
Digicopy semble être une réponse solide, qu’en pensez-vous ?