vendredi 24 février 2012

Comme c’est original, les ayants droit réclament encore plus de filtrage à Google

Source: Presse Citron
ACTA, SOPA, HADOPI, LOPPSI, la fermeture de Megaupload et autres, en gros tout ce qui a fait polémique ces derniers mois vient de nos chers « ayants droit ». Vous en avez un peu marre ? Pas eux, ils remettent le couvert en envisageant de demander, par le biais de l’IFPI, à Google de filtrer « en amont » les pages indexées par le moteur de recherche… les explications ci-après.

Frances Moore présidente de l'IFPI (photo: bloomberg)

La coopération de Google et des ayants droit n’est pas nouvelle. Depuis longtemps maintenant Google supprime de son index les liens pointant vers les contenus illicites après demande explicite des ayants droit. C’est la filtration en aval puisque qu’elle ne fait que corriger le mal.

D’ores et déjà, d’après le journal suisse Handels Zeitung qui a publié l’information, 460,000 liens auraient été supprimés des résultats de recherche Google au second semestre de 2011. Le moteur de recherche affirme de son côté avoir supprimé près de 5 millions de liens l’année dernière suite aux demandes d’ayants droit.

Seulement voilà, il semblerait que cela ne suffise plus et l’IFPI (International Federation of the Phonographic Industry) envisagerait de porter plainte contre le moteur de recherche le plus utilisé du monde pour abus de position dominante car générant des revenus grâce aux liens vers les contenus illégaux.

La solution proposée par les ayants droit ? Un filtrage en amont des liens indexés par Google. En clair au lieu de supprimer les liens contenant du contenu illicite, il faudrait ne jamais les mettre dans les résultats en analysant les pages en amont de l’indexation. Une solution rejetée catégoriquement par Google d’après le journal suisse car impossible techniquement.

Voila, si l’information se confirme, une nouvelle étape dans l’exaspérante politique des ayants droit qui dictent leur loi sur les politiques et les entreprises. Au fait, quid de Netflix en France? Moi qui habite au Royaume-Uni et qui accède à Netflix depuis un peu plus d’un mois maintenant, en plus de Spotify, je suis rentré sans même le vouloir et pour 15 euros par mois dans la légalité… les solutions existent mais elles n’arrivent pas.

[Handels Zeitung] [Numerama]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

A ne pas manquer

LinkWithin